ISO
Vous êtes ici : La Féd' > FAQ ( Questions/Réponses ) > Affichage d'une question de la FAQ
Flash info :


BIENTOT EN PACES ?


Des questions ?
Toutes les infos ici !!!

Affichage d'une question de la FAQ

Actions :

Aller directement à la catégorie (ou sous-catégorie) :

[UE 7] Les SHS en santé | ... | Séance 1 tuto(Tuteurs remerciés)

Question

...
Piquouz
Membre
Médecine Nîmes
Salut :)

Hier en relisant le diaporama de la séance 1, dans le QCM 5, item b (D'un point de vue sociologique, la maladie ne fait qu'exclure le patient de la vie sociale), je ne comprend par un élément de la correction.

Vous nous dites que c'est faux car la maladie permet l'inclusion du patient dans de nouveaux groupes, comme les groupes de pressions, ou groupes de malades (jusqu'ici tout va bien) mais, ceci peut être un facteur aggravant des inégalités individuelles.
Je ne vois pas comment le fait de rentrer dans de nouveaux groupes puisse aggraver les inégalités individuelles?
Merci d'avance !!!
Par Piquouz le 05/02/2014 à 09h31 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte

Réponses

...
NicolasB
Tuteur simple
Médecine Montpellier
Yo piquouz,


Prenons l'exemple d'une personne atteinte du SIDA. Les préjugés associés au SIDA sont bien connus: en rentrant dans le groupe social SIDA, tu es catalogué comme potentiellement homosexuel avec des pratiques sexuelles à risques, et le regard porté sur toi change. Concrètement, si tu dis à quelqu'un que tu vas à une réunion d'une asso de sidéens, il pensera aux préjugés associés à ta maladie.
Donc aggravation des inégalités individuelles (si j'ai bien compris, ta question se porte spécifiquement sur l'aggravation des inégalités due à l'intégration de nouveaux groupes, et non sur les inégalités dues à l'exclusion première après contraction de la maladie, et acceptation du rôle social de malade.)

Donc même si intégrer un groupe comme une association de personnes malades apporte un soutien (moral, financier, etc...), il en découle forcément des inégalités individuelles.

N'hésite pas à relancer si besoin est :)
Par NicolasB le 05/02/2014 à 10h45 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte
...
Piquouz
Membre
Médecine Nîmes
Merci beaucoup pour ta réponse claire!! :)

Mais j'avoue que du coup j'ai un peu du mal à faire la différence entre les inégalités que produisent l'intégration dans de nouveaux groupes (comme les associations de sidéen) et les inégalités dues à l'exclusion première après contraction de la maladie, et acceptation du rôle social de malade ? J'ai l'impression que les inégalités produites sont les mêmes, et la limite me paraît floue...
Par Piquouz le 09/02/2014 à 09h48 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte
...
NicolasB
Tuteur simple
Médecine Montpellier
Il n'y a pas de différence fondamentale entre les deux, j'ai peut-être trop insisté sur leur séparation, alors qu'il s'agit juste (les inégalités liées à l'intégration d'un groupe) d'un cas particulier des inégalités globales liées à la maladie.
Par NicolasB le 09/02/2014 à 09h57 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte
...
pierrox
Tuteur simple
Médecine Montpellier
Je vais essayer de distinguer les deux choses avec un exemple différent que celui de Nicolas.

En fait, il ne faut pas voir ça comme un mécanisme direct. Si tu prend un patient atteint du SIDA par exemple, le déclenchement du processus va se passer par la nomination de la maladie par le médecin (Freidson), cette nomination va créer sociologiquement la maladie mais également la confirmer pour l'individu. Cette nomination va agir dans un premier temps sur le patient qui va lui même s'auto exclure par culpabilisation. Ensuite, ses proches ses amis, bref la "société" vont l'apprendre ce qui va entraîner une exclusion, les gens auront peur de la personne malade car elles ont peurs de la maladie et de ses représentations. C'est la stigmatisation. Cette stigmatisation peut se faire voir au niveau de l'Etat. En gardant l'exemple du SIDA, tu verras que beaucoup de personnalités politiques et de médias vont marginaliser les patients atteints du SIDA qui vont se retrouver isoler de la population. A cette époque là, certains propose même de les traiter dans des Sidatorium... Bref. Ici c'est plus la notion d'inégalité par la stigmatisation. La mise à l'écart entraîne des inégalités.

On peut rajouter ensuite d'autres inégalités, ne serait ce qu'entre les différentes maladies. Exemple : Pourquoi le système de soin français rembourse t'il plus une personne atteinte du diabète qu'une personne atteinte d'une autre maladie X ou Y.

Ensuite, pour en venir à la création d'inégalités par l'intégrations des personnes malades dans des groupes de malades : Prenons l'exemple du handicap. La société met en place des aides pour les personnes qui n'ont pas accès physiquement à des services de la société, des places de parkings leurs sont réservés, des aides leurs sont versés. Pourquoi ? Parce qu'ils sont classés dans la catégorie de "personnes atteintes de handicap". Le simple fait d'inclure une personne dans un groupe qui la différencie des autres va créer des inégalités. La réfléxion peut se pousser très loin. On te dit dans la DDHC "tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit". Contradictoire ? Oui et non. Tu verras, notamment en Santé Publique, qu'en essayant de combler des inégalités tu finis par en créer de nouvelles voir de les aggraver.

J'ai poussé la réflexion loin, pour que ça te fasse réfléchir et que tu arrives bien à saisir tout ça. Les inégalités sont des choses importantes qui vont te faire comprendre que rien n'est facile et que chaque action doit être réfléchie.

Tu peux relancer car je sais que ce n'est pas facile à saisir et que je n'ai peut être pas été assez clair.

heureux
Par pierrox le 09/02/2014 à 10h13 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte
...
NicolasB
Tuteur simple
Médecine Montpellier
Pierre a raison. On parle toujours d'inégalités associées à la maladie, mais il y a bien une différence de cause de l'inégalité. Même si cela semble immédiat, c'est bien parce qu'il existe des places pour handicapées instituées par notre état, qu'être reconnu comme handicapé engendre des inégalités. Ce n'est pas directement le handicap en lui-même qui les cause.
Elles peuvent être "positives" pour la personne malade (le gars aura de la place pour se garer). Mais aussi négative, s'il n'y a plus de places dans le parking, le regard des non handicapés qui cherchent des places pour se garer va changer sur la personne handicapé, surtout si son handicap paraît peu grave.

Je regrette un peu ma réponse précédente, j'ai voulu simplifier pour ne pas trop t'embrouiller, mais Pierrox a réussi à te répondre clairement je trouve :)

N'hésite pas à relancer si des doutes persistent ;)
Par NicolasB le 09/02/2014 à 17h36 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte
...
Piquouz
Membre
Médecine Nîmes
Merci pour ces réponses !!!

Déjà vous m'avez montrez que quand on parle d'inégalité, il faut penser aussi aux inégalités positives comme l'ajout de place de parking pour les personne handicapées.

Par contre que ce soit la personne atteinte de sida ou la personne handicapé, au moment où on leur annonce la maladie et le moment où ils s'intègrent dans des groupes de malades, je ne vois pas bien qu'elles peuvent être les autres inégalités pouvant en découler à part des stigmatisations dans les deux cas venant de la société?

Via la santé publique, la politique de santé, et les associations de malades, on va tout faire pour améliorer leur existence avec la maladie. Maintenant je vois plus d'inégalités positives pour ces personnes là que de négatives.
Par Piquouz le 10/02/2014 à 08h26 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte
...
pierrox
Tuteur simple
Médecine Montpellier
Attention avec le terme d'inégalités positives. Tu facilites la vie des personnes pour les aider à mieux vivre avec leur maladie. Ne le voit pas comme une inégalité car tu risque de t'embrouiller. D'où les guillemet mis par Nicolas.

En ce qui concerne les inégalités entre l'annonce et "l'insertion dans un groupe de malade" (qui n'est pas obligatoire car certains malades ne vont pas s'investir dans des associations de personnes malades), dès l'annonce de la maladie tu crées un processus engendrant des inégalités. Le simple fait d'être malade est une inégalité vis à vis des personnes non malades. De plus cette nomination de la maladie redéfinies les rôles de la personnes malades, celle-ci ne pourrait pas exercer les mêmes rôles qu'une personne non malade (inégalité). Dans les maladies les plus graves, les cas seront extrêmes. Quelqu'un qui se fait amputer d'une jambe va forcément connaitre des inégalités SOCIALES, liées à sa maladie (que ce soit la stigmatisation, les difficultés de la vie quotidiennes, les nouveaux rôles... etc). Ensuite comme je te l'ai explicité précédemment, il y aura des inégalités liées au SYSTEME DE SOIN, via les remboursements, l'accés aux soins, les politique de santé publique avec la prévention secondaire et tertiaire (qui seront + ou - développées selon les maladies).

Oublie cette histoire d'inégalités positives qui pourraient t'induire en erreur et qui le jour du concours pourrait paraitre ambigue dans une copie (on pourrait croire que tu dis que finalement les personnes handicapés ont plus de droits que les autres et qu'ils sont favorisés, or les actions de santé publique faites pour améliorer leur quotidien ne seront jamais assez efficaces pour qu'elles se sentent telle une personne valide).

heureux
Par pierrox le 10/02/2014 à 15h28 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte
...
Piquouz
Membre
Médecine Nîmes
D'accords, ça ma paraissait un peu bizarre aussi cette histoire d'inégalité "positive". Je pense que c'est clair maintenant dans ma tête, merci beaucoup pour votre super boulot !!! :)
Par Piquouz le 11/02/2014 à 08h27 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte

( Retour aux questions de la catégorie )

( Retour à la page d'accueil de la FAQ )

Actions :

Aller directement à la catégorie (ou sous-catégorie) :

Navigation

( Retour à l'accueil )

Les 5 dernières questions

Connexion - Accueil - Inscription

Les 5 dernières news