ISO
Vous êtes ici : La Féd' > FAQ ( Questions/Réponses ) > Affichage d'une question de la FAQ
Flash info :


BIENTOT EN PACES ?


Des questions ?
Toutes les infos ici !!!

Affichage d'une question de la FAQ

Actions :

Aller directement à la catégorie (ou sous-catégorie) :

[UE 4] Annales | Sensibilité, spécificité | lien entre taille de population et indicateurs(Résolue)

Question

...
lizzy
Membre
Pharmacie Montpellier
Bonjour,

En faisant des annales, je suis tombée sur un exercice où on dit que l'on veut diffuser un test de dépistage à la population générale sachant que la sensibilité et spécificité est de 0,9. On nous demande après si la sensibilité va diminuer, si la spécificité va augmenter, pour les valeurs prédictives, et taux de faux positifs...

Comment savoir comment cela va évoluer ?

Et aussi dans un autre exercice, on nous demande de calculer une puissance d'un test sachant que l'on a la moyenne, la variance, la taille des 2 échantillons, la variance pondérée, la différence hypothétique des moyennes, le degré de liberté, le tobs et la p value.

Comment faire ?

Merci :)
Par lizzy le 18/11/2014 à 10h14 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte

Réponse

...
Berenice
Tuteur admin
Médecine Montpellier
Bonjour,

- en ce qui concerne les variations de Se, Spé, etc:
la sensibilité et la spécificité sont des paramètres intrinsèques au test, ce qui signifie que, quelle que soit la population à laquelle on applique ce test, et la prévalence de la maladie dans cette population, les valeurs de Se et Sp seront toujours les mêmes.
Par contre, la VPP et la VPN varient en fonction de la prévalence de la maladie. Si ton test vise à détecter les cas de paludisme et que tu l'as initialement testé dans un service de maladies tropicales, la VPP sera élevée, car les cas sont nombreux. Mais en application à la population générale, les cas sont beaucoup moins fréquents, donc la prévalence plus faible, donc la VPP aussi. Et à l'inverse, la VPN augmentera.
Enfin, pour les faux positifs et faux négatifs: en population générale, étant donné que la prévalence est plus faible, il y aura moins de personnes malades que de personnes non malades. Donc vu que les non malades sont plus nombreux, il y a plus de risques d'avoir un test positif pour une personne non malade (=faux positif) que de risques d'avoir un test négatif pour une personne malade (=faux négatif).

- pour le calcul de la puissance: elle ne dépend que du risque de deuxième espèce β (π=1-β), donc toutes les autres données ne te permettent pas de la calculer.

J'espère que la réponse t'aide un minimum, n'hésite pas si tu as des questions supplémentaires. Bon dimanche! rire
Par Berenice le 23/11/2014 à 12h20 - Avertir les modérateurs Non respect de la charte

( Retour aux questions de la catégorie )

( Retour à la page d'accueil de la FAQ )

Actions :

Aller directement à la catégorie (ou sous-catégorie) :

Navigation

( Retour à l'accueil )

Les 5 dernières questions

Connexion - Accueil - Inscription

Les 5 dernières news